dimanche 3 février 2013

l’étole de malicroix, peinture

Terre du fleuve, pigments de la terre, papier,
Février 2013

A la chandeleur
Quand le maître des vents souffle
La tôle ondulée comme les tuyaux de l'orgue
Nos têtes sont à l'envers et la plaine est l'atoll où
Fleuve Ciel et Terre se crêpent le chignon
tg

3 commentaires:

  1. On se croirait sur les rives du Lampsar...
    Dans l'harmattan, amicalement.
    Frédéric

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Frédéric, les héros gardent les boeufs, compliments, c'était un peu cela :-) là où l'art n'attend pas pour lever les couleurs :-)

      Supprimer
  2. je fermes légèrement les yeux
    mon esprit vagabonde et je vois un champs de blé mur ou caracole un animal imaginaire...

    RépondreSupprimer